Imperial Nemesis

game 3

jours 3, 4 et 5

Enfin sur le sol d’une planète, je décidai de profiter de notre temps libre. Laissant l’ingénieur a ses basses occupation, j’entrepris d’arpenter la ville. Je réussis même à entraîner Kraktiss avec moi ! Nous dûmes bien entendu lui trouver des vêtements digne d’exposition, même si cette race semble tristement dépourvue de tout sens sérieux de la mode.

Nous allâmes au bar nommé l’excess, ou je pus me livrer a des activités mondaines des plus édifiantes. Je goûtai la gastronomie de l,endroit, fit plus ample connaissance avec ses habitants, et donnai enfin toute sa raison d’être à la renommée qui est mienne. On se souviendra sans doute longtemps de mon passage dans ce bar. Kraktiss, un peu mal à l,aise dans ce milieu si raffiné, s,adonna a quelques duels physiques pour se retrouver en terrain familier. Pauvre bête.

Jour 6, 7 et 8
Il semble que j,ai fait l,acquisition d’un animal de compagnie pendant la fête. Emporté par la fébrilité de l’ambiance que j,ai moi-même engendré, je suppose que j,ai oublié quelques évènements superficiels. J,ai baptisé le petit lézard ainsi acheté Kraktiss, en honneur de ma chère compagne de route.

Je dus me reposer pendant trois longues journées. Mon corps avait besoin de repos. Par contre, mon esprit, lui, ne connaît pas de répit et je passai les trois jours suivants à étudier des programmes de simulation de vie sociale. Je sais ! C’est courageux de ma part quand on pense à la proximité conceptuelle que cela peut avoir avec une IA. Mais je suis comme ça. Courageux, brave, et avide de savoir.

Jour 9
Le moment était enfin venu de remplir la mission confiée plus tôt par Eelan. Je vêtis mon armure goliath, et tout le monde s’équippa à la mesure de ses moyens, c’est-à-dire de façon plutôt limité et terne. Des lances missiles, des fusils, des armures banales… rien qui ne mérite plus de place dans ce journal aux lignes si précieuses.

Je laissai volontairement plus de place à l’équippage, soupçonnant que leur estime avait besoin d’un peu d’accomplissement. Il me fallut quand même leur donner quelques indicatios et quelques idées, au final, c’est toujours moi qui coordonnait le groupe. Seulement, ils se croyaient autonomes, comme un enfant qui oublie les roues d’entrainement sur son vélo.

Nous nous infiltrâmes dans le blocus, contactâmes le client d’Eelan, mais celui-ci n’avait pas vraiment de temps et d’attention à nous consacrer. En effet, ils étaient la cible de plusieurs marines et d’un Eurk.
Eurk dont Kraktiss ne fit qu’une bouchée, juste après n,avoir fait qu’un tiers de bouchée de tous les autres marines qui se trouvaient là. Ce lézard peut être plein de ressources, une fois bien motivé.

James, quant à lui, trouva le moyen de tirer sur les quelques marines qui échappèrent aux balles de Kraktiss, et le mécano, lui, s,arrangea pour rater un homme à un mètre de la bouche de son fusil. Il fut réduit à l’empaler de sa lame, et réussit même a trouver une fierté de l,avoir fait. Le pauvre, en être réduit à ça…

Nous avons ensuite extrait le contact d’Eelan, même si les 80 autres marines en garnison dans le blocus n,auraient pas été un problèmes. En fait, c’est pour la sécurité de Vince, notre contact, que nous nous sommes retirés. Le lézard était a peine réchauffé, ça n,aurait pas été très difficile de libérer la ville au complet. Mais ce Vince n,avait pas notre trempe, et aurait sans doute sombré dans un coma traumatique s’il avait assisté a pareil carnage.

Comments

DaveCt

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.